12 septembre 2007

L'ETE NE MEURT JAMAIS

Voilà le ciel de Septembre qui se pare de transparences et de lumières inespérées... L'été ne meurt jamais... Quand ces journées déroulent leur cheminement paisible, j'ai besoin de partir, d'avancer pas à pas, de voir une fois de plus ce qui peut s'écrire aux confins des rivages et derrière l'horizon. Je me sens bien partout, et davantage près de la mer. C'est le propre des déracinés, de pouvoir aller et venir, et d'aimer chaque pierre, chaque reflet, chaque regard, chaque signe, de lire derrière des silences tous les mystères de la vie...

***

***

Voilà deux couleurs que j'affectionne, le rose pâle, et le bleu pâle...

Si vous souhaitez un jour m'offrir une chemise, vous avez la couleur...

Pour la taille, XXXL, merci d'avance,

le ciel de Septembre vous le rendra au centuple...

***

***

Le petit klebs de service...

***

***

Que fait-on quand un tatouage ne plait plus?

On se le coltine ad vitam aeternam...

Je préfère porter un chapeau, un voile, un hâle, une barbe,

tous ces signes dont on peut se défaire plus facilement au gré de son humeur...

***

***

Sous le signe de l'étoile...

***

4 étoiles à la file... Cet oreiller me vient aussi de ma marraine cette héroïne. Petite consultation médicale : J'ai un petit problème aux yeux : depuis une semaine, après chaque plongée, mes yeux sont gonflés au point que j'ai carrément le regard clos. Il faut une heure pour un retour à la "normale". Aucune douleur, aucune irritation, juste l'impression que je pleure vers les 30 mètres. Jamais eu pareille chose en 30 ans de plongées... Alors les toubibs, que me prescrivez-vous, j'espère que vous n'allez pas me dire d'arrêter de plonger, avec le beau temps revenu. En tous cas, c'est sûr, je ferai un très mauvais malade, je suis déprimé par ce petit bobo indolore... Alors mon vieux Robert, que me conseilles-tu depuis la Nouvelle Calédonie?

***

Pour les mélomanes exclusivement :

ETE_INDIEN

***

***

Derrière des barreaux pour quelques mots qu'il pensait si fort,

Diego libre dans sa tête derrière sa fenêtre s'endort peut-être...

***

***

Une direction qui ne manque pas de piquant...

***

***

Léandre le sot,
Pierrot qui d'un saut
De puce
Franchit le buisson,
Cassandre sous son
Capuce,

Arlequin aussi,
Cet aigrefin si
Fantasque,
Aux costumes fous,
Les yeux luisant sous
Son masque,

Do, mi, sol, mi, fa,
Tout ce monde va,
Rit, chante
Et danse devant
Une frêle enfant
Méchante

Dont les yeux pervers
Comme les yeux verts
Des chattes
Gardent ses appas
Et disent :
"A bas Les pattes !"

L'implacable enfant,
Preste et relevant
Ses jupes,
La rose au chapeau,
Conduit son troupeau
De dupes !

(Colombine - Verlaine - Brassens)

***

***

Elle s'était maquillée, comme une star de ciné, la la la la...

C'est plus du Verlaine cette fois...

***

***

Vous remarquerez que les hommes sont à l'honneur...

Pas de politique, et pas de sexisme sur le blog...

***

***

Celle-là je la dédie à mon frère chenapan

qui laisse des commentaires par le biais de sa scorpionne d'épouse...

***

***

Au coucher du soleil, du côté de Cala Joncols,

une ballerine solitaire fait des entrechats sur une plage déserte... 

A travers les dunes, elle a disparu, je ne sais pas si je l'ai revue...

Vainement j'ai essayé de suivre les traces, que le vent le vent le vent efface...

***

***

Le troisième toutou de l'article du jour.

***

Un petit mulet, ou muge...

Au Maroc et à Moulay Bousselham,

on le nomme bourri.

***

***

Mélancolie mélancolie la mer revient
Je t'attends sur le quai avec tes bateaux blêmes
Tes poissons d'argent bleu tes paniers ton destin
Et mes mouettes dans tes cris comme une traîne...

***

***

Et si le secret du bonheur c'était cela, "l'indépendance", indépendance financière, indépendance sentimentale... Partout où je suis allé ces dernières années, aux Antilles, au Vénézuela ou plus récemment au Maroc, c'est ce que j'ai pu dire, particulièrement aux jeunes filles : faites tout ce que vous pouvez pour être indépendantes financièrement, battez-vous pour cela... Que l'on donne aux femmes le même salaire qu'aux hommes, qu'elles s'épanouissent dans le travail d'abord, libres à elles ensuite d'aller s'emmerder la vie avec un mari...

***

***

Une seule chose à retenir,

L'ETE NE MEURT JAMAIS,

il y a toujours une petite lumière pour nous rappeler sa douceur...

***

***

"Il y a un proverbe chinois qui ne dit rien. Il m'arrive de le citer quand je n'ai rien à dire..."

Sauf que j'ai toujours une petite rengaine qui court dans ma tête :

Mais doucement passent les jours
Adieu, la jeunesse et l'amour
Les petites mômes et les " je t'aime "
On laisse la place et c'est normal
Chacun son tour d'aller au bal
Faut pas que cela soit toujours aux mêmes
Le cœur, cela se dit  corazon
En espagnol dans les tangos
Et dans mon cœur, ce mot résonne
Et sur le boulevard, en automne
En passant près du Mikado
Je ne m'arrête plus, mais je fredonne
C'était bath, le temps du tango !

***

C'est bath le temps du tango...

Comme le tango,

l'été ne meurt jamais...

 

Page suivante :  ~~ PELERINAGE A SAN PERE DE RODA ~~

 

 

 

Posté par chiloedream4 à 15:14 - Permalien [#]