22 août 2007

COMME UNE FIN D'ETE

Il y a comme une fin d' été dans l'air des derniers jours du mois d'Août.

Un été bien timide, une chaleur toujours discrète.

Pas si loin plus à l'Est, la Grèce connait sa troisième canicule en quelques semaines.

Le climat méditerranéen nous réserve des surprises...

Mais sur les rivages du Cap Creus, l'alarmant réchauffement climatique

ne s'est pas fait sentir, et tout l' été, la chanson échevelée et fraîche de la brise

avait quelque chose de rassurant...

***

***

Alouette alouette, l'été est fini, pauvre petite bête, je suis ton ami...

Viens donc sur mon épaule, viens te réchauffer,

tu verras je suis drôle, je sais bien danser...

Et puis si tu t' embêtes, tu viendras chez moi,

il y aura des noisettes, et du pain pour toi...

Alouette alouette, l' amour et l'été, comme les cigarettes s' en vont en fumée...

Alouette alouette, non ne t' en fais pas, un autre jour peut-être l'été reviendra...

***

***

En voilà un pour qui l'été ne reviendra plus jamais...

Il y a deux sortes de bateaux qui sévissent autour du Cap :

los arrastreros,

les chalutiers qui râtissent chaque année des prises de plus en plus petites,

et los palangreros,

les palangriers-ligneurs qui se livrent à une pêche plus sélective

mais beaucoup moins miraculeuse que par le passé...

***

***

Vive le Vent, vive le Vent, vive le Vent d' hiver...

***

C' est elle qu' on emprisonne, qu' on trahit qu' on abandonne,

qui vous donne envie de vivre, qui donne envie de la suivre

jusqu' au bout, jusqu' au bout...

Je voudrais sans la nommer vous parler d'elle,

bien aimée ou mal aimée elle est fidèle,

et si vous voulez que je vous la présente,

on l' appelle révolution permanente...

C'est elle que l' on matraque que l'on poursuit que l'on traque,

c'est elle qui se soulève, qui souffre et se met en grève,

c'est elle qu'on emprisonne, qu'on trahit qu'on abandonne,

qui vous donne envie de vivre, qui donne envie de la suivre

jusqu'au bout, jusqu'au bout...

***

***

L'été, comme un enfant s'est installé,

sur mon dos,

et c'est très lourd à porter,

un enfant tout un été,

sans cigales...

 

 

Page suivante :  ~~ HEUREUX QUI COMME ULYSSE ~~

 

 

 

 

 

Posté par chiloedream4 à 15:10 - Permalien [#]