06 juillet 2007

ESCALE EN CRETE

 

 

Inutile d'aller au bout du monde pour vous dépayser. A un peu plus de 2 heures d'avion de la France, la plus grande des îles grecques : LA CRETE. Pour vous donner une idée de sa taille, imaginez la vallée du Rhône entre Lyon et Marseille. La CRETE, c'est 300 km d'une chaine montagneuse imposante qui s'étire d' Est en Ouest et qui plonge dans une mer limpide. La côte Sud est ma préférée, sauvage, tortueuse, avec des petites routes qui vous perdront facilement dans des endroits de bout du monde... Se perdre dans l'île, jusqu'à ses frontières marines...

 

 

 

 

Ce beau voyage, je le dois intégralement à mes frères chenapans, HUBERT et VERO... Un grand merci à vous deux pour l'invitation, merci à Héliades, grand voyagiste de la Crète.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est un bel avion jaune aux couleurs de la Poste qui va nous transporter de Lyon à Heraklion en moins de 3 heures. Un bel avion modulable en deux temps trois mouvements. Fret/passagers, une polyvalence qui permet une utilisation à plein temps, avec à la clef des billets compétitifs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui tout va parfaitement bien à bord : trois fauteuils chacun, cela autorise un petit somme...

 

 

 

 

 

 

Que lis-tu de beau Véro? J'ai quant à moi ces derniers mois un déficit de lecture important.

Quelle lecture vous aurait accompagné pour un séjour d'une semaine en Crète?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon frère chenapan a bien organisé le séjour : Superbe hôtel pieds dans l'eau dans l'ouest de l'île pour les 3 premiers jours. La ville phare dans cette partie est La Chanée... Impossible de tout vous montrer, son marché ses musées (dont un musée de la Marine), sa magnifique rade, ses vieux quartiers, à vous de venir vous perdre aussi de ce côté de la Méditerranée...

 

 

 

 

 

 

 

On peut venir de passer un sale quart d'heure et afficher un sourire presque paisible...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon frère chenapan flashe sur de magnifiques bottes cousues main, une oeuvre d'art... Elles s'enfilent comme un gant, il faut un peu d'aide pour les retirer quand elles sont neuves...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà un modèle fleuri qui m'aurait bien plu, malheureusement il n'y avait pas ma pointure...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce joli bateau au charme désuet va nous emmener faire une première promenade en mer à quelques encablures de la Chanée, l'occasion pour moi de donner un premier coup de masque dans une eau tiède et limpide... Le poisson est rare, ce qui ne m'empêche pas de voir mon premier mérou... et des vestiges archéologiques parfois abondants...

 

 

 

 

 

 

 

Relève de barre par l'Enseigne de Vaisseau Hubert de Chenapan, barre à zéro mon Capitaine...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vert sur vert, tout est clair, rouge sur rouge, rien ne bouge...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Flotteurs de casiers droit devant, la barre à droite mon lieutenant...

 

 

 

 

 

 

 

Canicule sur la Grèce, il fait chaud sur le pont,

rien de tel qu'une bonne baignade pour vous remettre les idées en place...

 

 

 

 

 

 

 

 

The boatswain, le Maître d'Equipage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dior j'adore...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne pas oublier de boire par temps de canicule... L'eau reste la boisson reine, jusqu'au soir... 

jusqu'à l'heure du raki, de l'ouzo, et des petits vins blancs du cru...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et qu'on ne me taxe pas de sexisme, 2 moustaches de suite à l'affiche, pour vous les filles...

 

 

 

 

 

 

Vous voulez une petite adresse sympa pour déjeûner à la Chanée : direction la grande halle du marché, un tout petit restau, il y a 4 tables, et 2 grandes marmites, nous sommes les seuls non-crétois, c'est génialement couleur locale. Avec un petit vin raisiné ou plutôt résiné incomparable et un café "frappé" au dessert... 6 euros par  convive. Quand je m'installerai définitivement là-bas, je ne ferai plus jamais la cuisine...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai déjà la moustache locale, il ne me reste plus qu'à apprendre le patois crétois, à me trouver les mêmes bottes que mon frère chenapan, (47 c'est sur commande), et à arpenter les villages de la côte sud en quête d'une petite case bien blanche sous un immense ciel bleu...

 

 

 

 

 

Une fleur au chapeau, à la bouche une chanson, un coeur joyeux et sincère, et c'est tout ce qu'il faut à nous autres beaux garçons, pour aller au bout de la terre... Vous qui nous regardez passer, sous le soleil et sous l'orage, peut-être bien que vous pensez que nous avons bien du courage...

 

 

 

 

 

 

 

A l'orée des Gorges de Samaria... Une promenade de légende jusqu'à la mer...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'eau douce, la richesse du millénaire... Lac de Kournas au pied de la montagne sur la côte Nord...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personnel souriant, disponible, avenant, dans les hôtels du groupe Héliades... Salut Samantha...

 

 

 

 

 

 

 

Sous l'eau et sur terre, de nombreux vestiges minoens et phéniciens...

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les occasions sont bonnes pour des explorations sous-marines en apnée... L'eau frise souvent les 28° en surface avec la canicule. Vers les 15m de profondeur, on se rapproche rapidement des 20°, le vêtement isotherme est utile pour des baignades prolongées...

 

 

 

 

 

 

 

Sur la plage, la priorité des priorités : retirer sa combinaison sous-marine, assortir son maillot à celui de Martine, et rêver de passer de la plongée sous-marine à la plongée sous Martine... (oh la la la, le capitaine est euphorique... ou résiné... Ne jamais se résigner en tous cas....)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'ombre du coeur de ma Mie, à l'ombre du coeur de ma Mie, un oiseau s'était endormi, un oiseau s'était endormi... Et c'est depuis ce temps ma soeur, que je suis devenu chasseur, et que mon arbalète à la main, je vais par les bois les chemins...

 

 

 

 

 

 

Vous la regardez comment cette image?  

Couleurs, graphisme, texture, parfois le photographe n'est ni plus ni moins qu'un peintre paresseux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelle jolie couleur le vert, comment dit-on ESPERANCE en Crétois?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand les vagues sont des montagnes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du côté de Kerames, Vincent psychiatre et médecin-légiste, client fidèle d'Héliades, nous reçoit dans son nid d'aigle au-dessus du village et de la mer... Il y a un petit air de paradis, de ce côté au Sud de l'île.

 

 

 

 

 

 

 

Pourtant que la montagne est belle, comment peut-on s'imaginer

en voyant un vol d'hirondelles, que l'automne vient d'arriver...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est bien tard quand nous quittons Kerames Agathe et Vincent. Sur la route de montagne qui nous ramène vers le nord, un petit lièvre ébloui par les phares ne sait plus trop où aller. Le lièvre, c'est le cousin de la bestiole plus commune dont un marin, même à terre, ne prononce jamais le nom... Naufrages anciens, superstitions maritimes tenaces...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous devions prendre un navire pour caboter le long de la côte sud. Vincent nous avait dit : il suffit d'arriver avant 13h... Nous sommes arrivés à midi, l'unique bateau du jour avait appareillé à 9h30, tout le charme de la basse saison...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est un petit vin blanc, qu'on boit sous les tonnelles,

quand les filles sont belles, du côté de Nogent

 

 

 

 

 

 

La charmante qui sert à boire voudrait me faire la Madelon,

mais l'histoire de son histoire rend difficile son jupon,

quand elle trempait tous les soirs, près d'une caserne espagnole,

son croûton gris dans le bain noir, à la petite lueur des casseroles...

Dans un coin comme dans les histoires, le vieux écrit ses pages noires,

la main posée sur un buvard, la tête dans un drôle de brouillard...

Mais sombre sombre la galère, je ne viens pas là pour les souvenirs,

j'ai trop ramé pour mon frère, il y a du courant il faut partir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un coussin de chaise, une petite sieste sur la dalle de ciment de la terrasse du restaurant dans les rafales chaudes du vent d'après-midi au sommet du col...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La règle majeure dans les tavernes crétoises : 

3 chaises par consommateur, une pour s'asseoir, une pour les bras, une pour les jambes...

 

 

 

 

 

 

 

Encore une self-photo à bout de bras, et sans couper la fleur... Bravo chiloe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec tous ces navires, pas étonnant qu'il y ait autant de vestiges archéologiques sous-marins...

 

 

 

 

 

 

 

Cette fois j'ai coupé la fleur : des lauriers roses pour le poète...

Un poète c'est sûr c'est emmerdant, ça ne craint ni l'exil ni les tourments,

ça écrit quand est grand le dénuement avec la dernière goutte de son sang,

un poète c'est sûr c'est emmerdant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous présente Maria... Tous les matins, à l'heure du petit déjeûner, elle faisait ma chambre dans notre second hôtel résidentiel sur la côte Est où nous avons terminé notre séjour du côté d'Aghios Nikolaos, Elunda Bay... Salut Maria la discrète...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les générations se croisent dans les rues des petits villages de montagne...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adieu clocher beffroi qui tînte, adieu, adieu...

Adieu pays cher à mon coeur où j'ai connu le vrai bonheur...

 

 

 

 

 

 

 

Ohé ohé capitaine abandonné, ohé ohé capitaine abandonné,

ohé ohé capitaine abandonné, ohé ohé capitaine abandonné...

Il y a de l'écho parfois, avec le vent, dans les petits villages de montagne...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réalisation d'un collier de poulpes pour les bijouteries à la mode...

 

 

 

 

 

 

Qui "pneu" le plus peut le moins..

 

 

 

 

 

 

Les amoureux qui se bécottent sur les bancs publics, bancs publics, bancs publics,

en se foutant pas mal des regards obliques des passants honnêtes,

les amoureux qui se bécottent sur les bancs publics,

ont des petites gueules bien sympathiques...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ô croix dressée sur le monde, ô croix de Jésus Christ,

fleuve dont l'eau féconde, à coeur ouvert a jailli,

par toi la vie surabonde, ô croix de Jésus Christ...

 

 

 

 

 

 

Dans les petits restaurants du Sud de l'île, certains fruits éclipsent parfois la salade du chef... 

Coup de bol, le capitaine s'était rasé ce jour-là...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Impossible de résister à une eau si limpide... Les débris minoens scintillent sous la surface... On doit les laisser impérativement au fond, sauf exceptionnellement pour une photo rapide...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N'est-elle pas belle la centième image de l'article du jour? Il y en a encore autant à suivre, 99 exactement, on va battre l' ancien record, 130 environ lors de mon dernier passage à Rabat...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vent qui ne saura jamais, comment pourquoi le temps, vient souffler sur nos vies et le vide le suit...

 

 

 

 

 

 

 

Avec ma gueule de métèque de juif errant de pâtre grec et mes cheveux aux quatre vents,

avec mes yeux tout délavés qui me donnent l'air de rêver moi qui ne rêve plus souvent.

Avec mon coeur qui a su faire souffrir autant qu'il a souffert sans pour cela faire d'histoires,

avec mon âme qui n'a plus la moindre chance de salut pour éviter le purgatoire...

 

 

 

 

 

 

Avec ma gueule de métèque de juif errant de pâtre grec de voleur et de vaga-blond,

je viendrai ma douce captive mon âme soeur ma source vive, je viendrai boire tes vingt ans,

et je serai prince de sang rêveur ou bien adolescent comme il te plaira de choisir,

et nous ferons de chaque jour toute une éternité d'amour que nous vivrons à en mourir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai du vent qui enivre ceux qui veulent me suivre dans l'illusion facile de la douceur des îles,

terres inconnues où les filles les moins sages, vivent sur le rivage à moitié nues...

 

 

 

 

 

 

La mer m'a donné une carte du monde mystérieuse et ronde comme un galet,

et je t'ai trouvée étendue sur le sable fragile et désirable je t'ai désirée...

Plus belle qu'un voyage plus douce et plus sauvage plus calme et plus cruelle

que la mer qui m'appelle,

Et dans tes yeux ouverts, le ciel était bleu-tendre,

tu m'as laissée te prendre comme on prend la mer...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A force de passer son chemin, la vie finit par nous laisser une immense chaise vide, un matin il y a un grand manque à l'horizon. D'autres matins viennent, avec un autre vent, une autre lumière, un autre souffle, et une larme secrète comme le souvenir lointain du premier matin...

 

 

 

 

 

 

Avant de passer l'arme à gauche avant que la foule me fauche tel jour telle heure en telle année,

sans fric sans papier sans notaire, je te laisse ici l'inventaire de ce que j'ai mis de côté,

la serviette en papier où tu laissas ta bouche, ma mèche de cheveux quand ils n'étaient pas gris,

mon foulard quelques plumes et cette chanson louche avec autant de mots que nous avions de nuits,

le pick-up du tonnerre et les gants de la pluie, la voix d'André Breton l'absinthe de Verlaine,

les âmes de nos chiens en bouquets réunis et leurs paroles dans la nuit comme une traîne...

 

 

 

 

 

 

Elle est si tendre désormais que j'en ai presque du remords,

je serai doux jusqu'à ma mort, je ne la quitterai jamais...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmenez-moi au bout de la terre, emmenez-moi au pays des merveilles,

il me semble que la misère serait moins pénible au soleil...

Vers les docks où le froid et l'ennui me courbent le dos,

ils arrivent le ventre alourdi de fruits les bateaux...

 

 

 

 

 

Allo Papa Tango Charlie, répondez nous vous cherchons,

Allo Papa Tango Charlie, vous perdez de l'altitude dans le triangle des Bermudes..

 

 

 

 

 

Et celle là, comment la lisez-vous, graphisme, couleurs, lumière, texture...?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'hôtel d'Elunda Bay, j'ai la chance de rencontrer une actrice célèbre. Plus sédentaire que notre trio de chenapans, elle est là pour apprendre une pièce de Sacha Guitry qui sera à l'affiche à la rentrée à Paris. Plus belle la vie avec Virginie, on oublie les filles d' à côté...

 

 

 

 

 

 

L'amie de Virginie est née au Maroc, comme les 2 chenapans. Fille d'officier des affaires indigènes, elle en a des histoires à raconter sur notre beau pays et sur Paris où elle a enseigné le Grec et la Philo... Merci  pour ces belles soirées artistiques et littéraires, bonne fin de séjour en Crète, on se retrouve à Paris pour la première (et  pour le poulet-citron à la casablancaise...)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fais du feu dans la cheminée je reviens chez nous, quand il fait soleil à Paris il en fait partout...

 

 

 

 

 

 

Héraklion, lundi 2 juillet, le long des quais, en attendant l'avion pour Lyon...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,

Assise auprès du feu, dévidant et filant,

Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :

Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle.

Lors vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,

Déjà sous le labeur à demi sommeillant,

Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant,

Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre, et fantôme sans os

Par les ombres myrteux je prendrai mon repos

Vous serez au foyer une vieille accroupie

Regrettant mon amour et votre fier dédain.

Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain

Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

(Pierre de RONSARD - Couture, 10 septembre 1524 -

Saint-Cosme-Ies-Tours, 27 decembre 1585)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plus beaux voyages s'écrivent à travers les visages... Combien de secrets, combien de silences, combien de mystères, combien d'espérances, combien de mots manqués à force de se taire, et d'histoires non nées scellées sous nos paupières....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Sur la grande jetée Nord du port d'Héraklion, il y a des poètes, il y a des artistes, et il y a des musiciens. Sourire figé, mouvance agile des doigts, mélancolie des notes volant dans la lumière comme des oiseaux de mer... Merci à tous les artistes, merci à tous les musiciens, merci à mon frère disciple de Bill Evans, merci de nous enchanter à travers votre art.
 
 
 
 
 
 
Dernières rencontres dans le hall de l'aéroport d'Héraklion avec un grand baroudeur qui connait la Crète comme sa poche.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Merci  Véro pour ce beau voyage, merci mon frère chenapan, merci pour cette jolie chemise à fleurs bleue et blanche à qui je dois une bonne part de mes succès... Le dicton du voyage : Chemise fleurie sur capitaine abandonné, succés amitiés assurés... Voilà pour ce beau voyage en Crète, c'est l'été, avec des promesses d'autres lumières et d'autres horizons. On reste à l'écoute du blog, comme le 13343 ème visiteur qui vient de se connecter depuis le Maroc un peu après minuit.
 
Page suivante :  ~~ ETE EN CEVENNES ~~
 
 
 

Posté par chiloedream4 à 22:31 - Permalien [#]